Accéder au contenu principal

Rodeo vice

 Un livre qui m'avait bien tentée lorsque je faisais mes bons de commande, et que j'ai décidé de faire venir dans mes rayons. Ecrit par la manageuse et compagne de la chanteuse française Hoshi, "Rodeo vice" écrit par Gia Martinelli avait franchement l'air sympa. Du coup en plus de cela j'ai demandé un service de presse, lu aux alentours du 25 mai d'une traite un soir, pour l'avoir terminé le jour où il sortirait, et pouvoir donc en parler. Je lis rarement des livres d'une traite, mais ça a été le cas pour lui. Faisant plus de 220 pages, le roman nous emmène aux Etats-Unis, au sein d'une ville fictive  du nom de Rodeo church, située proche de Los Angeles. Rose 18 ans, française, son bac en poche, décide d'améliorer son niveau d'anglais en habitant une année dans une famille d'accueil américaine. Elle est prêt pour l'inconnu qui l'attend.

Elle arrive donc chez Carl et Judy qui ont une fille Jane, plus jeune que Rose, qui vont directement dire à leur invitée de les appeler "Dad" et "Mum", Jane devenant sa "sister". Plutôt bizarre... Notre française se rend vite compte que la famille est très croyante, parle beaucoup de Dieu, font le bénédicité avant chaque repas, lisent la Bible, et lui en offre même une. Dès ses premiers pas chez eux, sa "nouvelle famille" lui demande de lui donner son téléphone qu'ils garderont, n'ayant droit de joindre sa famille qu'une fois par semaine. Quelques red flags dès le début, auxquels Rose obéit tout de même. La famille américaine est ravie de loger la petite frenchie dans son foyer et veut qu'elle se sente à l'aise, la considérant comme leur propre fille...

Elle fait la rencontre du père Anthony, un homme très influent, dirigeant de la communauté dans laquelle les Floyd vivent. Tous se rendent diligemment à l'église chaque dimanche pour écouter les prêches du père et discuter. Rose fait la rencontre d'une belle jeune fille plus âgée qu'elle qui l'intrigue, Maxine Bloom, leur voisine qui monte régulièrement à cheval, travaillant au sein d'une écurie. Les deux jeunes filles vont commencer à discuter tandis qu'une attirance les unit l'une à l'autre. Rose aide aux écuries régulièrement, les aidant à se rapprocher, tout en se rendant également au lycée avec sa nouvelle "sœur", étant dans un niveau au dessus de celui de Jane, le but étant d'améliorer son anglais bien qu'elle ait déjà obtenu son bac. Elle ne reste qu'avec Jane et Conor, un jeune homme chargé de veiller sur Rose, qui habite lui aussi à Rodeo church, les autres lycéens les trouvant bizarres et leur disant qu'ils habitent au sein d'une secte...

Les semaines passent, Rose s'habitue à ce côté très religieux de sa famille d'accueil, se rapproche clairement de Maxine, malgré l'aspect pratiquant de la communauté. Un jour, Rose voit s'enfuir Kristen, une très bonne amie de Maxine, forcée de se marier à un homme qu'elle n'aime pas. Rose réalise alors que des trucs bizarres se passent... Pourquoi est-elle forcée de se marier si jeune? Pourquoi personne ne réagit ni même Maxine pourtant si différente? Pourquoi le père Anthony semble tout régir? De plus en plus d'aspects étranges apparaissent, certains même carrément irréalistes j'ai trouvé, mettant clairement en peine et en danger notre jeune française... Mais où a t-elle atterri?

L'autrice s'est inspirée de sa propre expérience américaine, en espérant qu'elle n'ait pas vécu le quart de ce qu'elle a fait subir à sa protagoniste. Même si j'ai lu d'une traite le roman, j'ai trouvé que certains éléments étaient clairement exagérés, même si on sait que ce genre de situation existe, certains passages étaient assez irréalistes à mon sens, Rose ne faisant rien pour s'enfuir de là. Bref, un livre quand même assez addictif et intéressant qui évoque pas mal de sujets dont la religion poussée et la dévotion à l'extrême, l'homosexualité, et le pouvoir. On a même accès à quelques reprises aux pensées du fameux Anthony, véritable gourou, qui nous prouve qu'il n'a pas toute sa tête. 



"Rodeo vice" de Gia Martinelli, 20€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.           Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement.  On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe d