Accéder au contenu principal

Les chats de Shinjuku

 Ayant vu le dernier Durian Sukegawa en litté étrangère, je me suis empressé de l'emprunter pour le lire. J'avais beaucoup aimé "Les délices de Tokyo", moins son suivant, mais j'avais tout de même hâte de lire des nouveautés de l'auteur japonais. J'ai lu ce roman d'une traite lors de mon jour de congé, commencé le matin et terminé le soir. Une jolie histoire mais pas si mignonne contrairement à d'autres romans japonais. 

On suit Yama, jeune scénariste pour le cinéma. Son travail est de creuser des sujets pour une chaîne de télévision de la capitale nippone, trouver des questions, pour transmettre tout ça plus haut, afin de préparer les reportages, émissions... Un soir alors qu'il s'est fait vivement rembarrer par son boss Nagasawa, homme envers lequel Yama est redevable car grâce à lui il peut tout de même réaliser son rêve, celui de travailler dans ce domaine, malgré son handicap, le daltonisme, qui normalement empêche tout candidat de travailler pour la télé. Pourtant Nagasawa est un homme très sujet à ses humeurs, qui n'hésite pas à frapper Yama qu'il considère comme son pion. Les journées de Yama sont difficiles, ayant beaucoup de pression en plus de devoir satisfaire son employeur. Un jour alors qu'il a réfléchi à 100 questions à poser lors d'une émission et qu'aucune d'entre elles n'a été retenue, c'est avec dépit qu'il se rend dans un petit bar qu'il croise, dans le quartier de Shinjuku. Il ouvre la porte du Kalinka, un petit établissement tout en longueur, où pour se faufiler, vous devez faire lever tout le monde. Une fois installé, Yama boit tout en réfléchissant à sa vie et en écoutant ses voisins qui s'adonnent à une drôle d'activité. En effet, ils parient sur des chats. Yama les écoute intrigué, comprenant que ces énergumènes s'amusent à deviner quel chat va pointer le bout de son nez. Il y a par exemple Grenade, un homme qui se travestit en femme, Geta-Rock, Tête de nid, Natacha une dominatrice travaillant dans un club du quartier, tant de surnoms singuliers pour des outsiders. 

Grâce à une feuille où ils sont tous dessinés par Yume la serveuse, les habitués connaissent les petits félins qui montrent régulièrement leur museau. S'ils perdent, ils offrent à boire à la discrète mais efficace Yume. Yama prend part au jeu, avant de discuter avec la jeune femme qui l'intrigue. Il revient au Kalinka plusieurs fois, le roman se déroulant sur plusieurs années. Il se rapproche de la jeune femme, dont il découvre qu'elle nourrit ces chats errants du voisinage et qu'elle aimerait que Yama lui amène tout plein de nourriture pour eux. Les deux jeunes gens vont ensemble nourrir les chats, tandis que la vie de Yama continue. Un soir, il rentre chez lui et découvre un trou béant dans son appartement, à cause d'une fuite d'eau chez un voisin. Il continue tant bien que mal à travailler, sa vie n'étant clairement pas facile. Les deux jeunes gens continuent d'en apprendre plus l'un sur l'autre, tandis que Yume encourage Yama à creuser le côté artiste en lui, souhaitant devenir poète. 

Une jolie lecture sur l'amour des chats, sur croire en ses rêves, en ses passions, la rencontre à l'autre, la difficulté du travail surtout comme quand Yama on est au bas de l'échelle et qu'on doit seulement se taire et accepter. Un roman pas si gai que ça surtout sur la fin, mais que j'ai beaucoup aimé découvrir.



"Les chats de Shinjuku" de Durian Sukegawa, 19.90€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.           Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement.  On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe d