Accéder au contenu principal

Little book of Séoul style

 Après avoir lu "Little book of Tokyo style" j'ai enchainé avec celui sur Séoul que j'ai acheté, vous me connaissez j'adore la Corée, j'y ai vécu une année, Séoul est pour toujours dans mon cœur, j'avais donc hâte de posséder ce petit bouquin avec l'emblématique cœur avec les doigts sur la couverture. Comme celui sur Tokyo, le bouquin reprend l'évolution du style coréen, avec cette fois-ci non pas le kimono comme habit traditionnel mais le hanbok, porté durant les ères Silla, Baekje et Goguryeo qui a évolué avec les époques. Les hanboks d'une certaine couleur étaient réservés à un certain type de classe sociale, comme le bleu, blanc, rouge, noir et jaune, réservés à une élite, plus qu'un habit, le hanbok représentait un véritable vêtement social. 

Le hanbok n'épouse pas la forme du corps mais représente un habit confortable et ample. Véritable symbole de la culture coréenne, il a été relégué pour la plupart du temps au simple habit traditionnel porté uniquement pour certaines occasion comme Chuseok, le Thanksgiving coréen, Seollal, le nouvel an lunaire, les un an d'un nourrisson et les mariages, le hanbok étant encore porté par les mères des mariés. Très peu porté dans la vie de tous les jours, les coréens, même les anciennes générations ont adopté un style plus confortable, coloré et avec des imprimés assez vieillots comme des fleurs pour les anciens, et des tons très neutres et minimalistes sans imprimés et couleurs pour les plus jeunes. 

Le soft power coréen notamment via la Kpop, les dramas, la skincare coréenne donnent envie au reste du monde de posséder les vêtements et la routine skincare des célébrités qui ont clairement une grande influence comme RM leader de BTS ou Jungkook qui ont créé à plusieurs reprises des ruptures de stock chez des créateurs de vêtements, d'objets ou même de nourriture. Certains créateurs ont bien compris l'influence de ces célébrités, en leur proposant d'être égérie, en les invitant à des défilés, en leur proposant des collaborations... On parle aussi évidemment de créateurs coréens comme Hannah Shin, ULKIN, Park Lin-Jun s'inspirant de ses terres de l'île de Jeju, tant de créateurs que je ne connaissais pas, mais qui s'inspirent de leur héritage culturel notamment avec le hanbok revisité. On pense notamment à Blackpink ayant porté à Coachella des hanboks modernes, ou BTS ayant porté des hanboks noirs et dorés en soie, diffusant la culture coréenne à tous. Séoul s'impose de plus en plus en tant que capitale de la mode accueillant depuis des années la Séoul fashion week dont les défilés se font dans le moderne batiment de Dongdaemun design plaza qui devient alors un catwalk à ciel ouvert.

Par contre là où je n'ai pas du tout été d'accord avec le petit livre est à un moment où l'autrice dit que les looks des jeunes sont "extravagants"... Sachant que j'y ai vécu un an, et que j'ai vu des coréens durant une année entière je peux vous dire que ce n'est pas vrai mais pas du tout. A part peut être durant le fashion week de Séoul où les coréens fashionistas adoptent un style souvent monochrome avec différentes couches de vêtements ou proposent quelque chose de décalé tout en ayant l'air d'être parfaitement cool, les coréens lambdas s'habillent tous pareils. Blanc, beige, noir, même pantalons amples, même chemises, même type de jupes courtes chez les filles, je ne sais pas si l'autrice a réellement vécu en Corée... Il faut savoir que les coréens sont encore très peu adeptes d'oser quelque chose différent du voisin, de peur d'être remarqué et de sortir de la masse. Peu de confiance en eux, on les élève avec l'idée d'être semblables aux autres, l'école et les parents ne les aidant que rarement à affirmer leurs personnalités. 

Bref un petit livre sympa mais n'étant pas complètement honnête je trouve. La Corée n'est pas parfaite avec des idols géniaux, n'étant pas originale du tout dans les looks des coréens de tous les jours, le livre embellit clairement la réalité.



"Little book of Séoul style" de Dianne Pineda-Kim, 19.95€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.           Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement.  On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe d