Accéder au contenu principal

Little book of New-York style

 Après avoir lu "Little book of Tokyo style" le même version Séoul, j'avais envie de lire celui-ci sur le style de New-York, une ville que j'ai longuement admirée, adorée pendant des années, moins maintenant du fait de tout ce qu'il se passe aux USA depuis des années, mais elle restera une de mes villes de cœur tout de même. M'y étant rendu trois fois et ayant pu voir pas mal de choses, les trois voyages additionnés ne représentant pas un temps infini sur place, mais bref, des expériences qui ont été enrichissantes. Le style new-yorkais on le sait, parmi les quatre capitales de la mode officielles que sont New-York, Londres, Paris et Milan, c'est New-York qui a le style le plus éclectique, le plus original, le moins formaté. La présence de personnes qui viennent de tous horizons en est certainement la raison principale. 

Comme les autres livres de la même collection, celui sur New-York nous introduit le style new-yorkais, avec beaucoup de monochrome de noir, cette non couleur allant à tous, les premières ayant lancé la tendance étant les fameuses jumelles Olsen. Le style new-yorkais est d'oser les plus extrêmes excentricités, des imprimés divers et variés ensemble, des couleurs qui a priori n'iraient pas ensemble, le vintage qui côtoie le luxe... Comment des séries comme Sex and the city, et le fameux look de Sarah Jessica Parker et son tutu blanc shoppé à 5$ dans une friperie, Gossip girl, et sa grande panoplie de styles différents: preppy, boho, gothique/punk, classe, ont réussi à s'imposer dans le monde entier. Le style new-yorkais étant synonyme de porter ce qui nous plaît, les américains étant partisans de ça et de ne juger quiconque qui s'habillerait d'une façon originale. Comment dans les années 20, les créateurs new-yorkais copiant auparavant les créateurs européens, ont enfin réussi à s'émanciper de ces influences, et à créer leur propre patte, ensuite enviée des européens. La créatrice Claire McCardell en est l'exemple même, avec des silhouettes plus amples, moins structurées, plus masculines, des vêtements agréables dans la vie d'une femme. Ann Lowe, une autre créatrice de mode fut admirée par Christian Dior lui-même. Puis les jeans Calvin Klein, le style preppy de Ralph Lauren, les robes avec taille empire de Diane Von Furstenberg, Thom Browne et ses silhouettes volumineuses, tout ça créa le style new-yorkais. 

La popularité des boutiques vintage, où il est facile de dénicher des pièces incroyables à bas coût, la naissance du style beatnik ou punk, où un style vestimentaire et un mode de vie avaient un véritable effet sur la société, celui de rejeter les conventions sociales, la société de consommation, et de s'affranchir de ces codes imposés. Jackie Kennedy, Lauren Bacall, Grace Jones, Patti Smith, et même Iris Apfel la fameuse vieille dame de 100 ans s'habillant toujours de façon colorée et décalée, tant de personnalités qui influencèrent vivement la mode new-yorkaise. Sans parler de la mode de rue, véritable défilé à ciel ouvert, surtout en tant de fashion week, ce que les magazines comprirent rapidement en envoyant leurs photographes arpenter les rues de New-York pour immortaliser des looks toujours plus originaux, on pense notamment au décédé Bill Cunningham.

Bref, New-York une ville qui ne dort jamais, toujours dynamique et qui ose.




"Little book of New-York style" de Kristen Bateman, 19.95€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.           Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement.  On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe d