Accéder au contenu principal

Articles

Marie Curie et ses filles | Lettres tendres

 Un tout petit bouquin que j'ai lu récemment aux éditions J'ai lu, regroupant une quarantaine de lettres échangées entre Marie Curie et ses filles Irène et Eve de 1907 à 1934. Sorti aux alentours du 20 mai, j'ai demandé ce petit bouquin en service de presse reçu une semaine avant sa sortie à peu près. Un recueil similaire existe déjà dans une autre maison d'édition, mais J'ai lu a pris le parti de "seulement" réunir une quarantaine de lettres contrairement à l'autre livre qui existe, bien plus épais. Lu d'une traite en une soirée, j'ai passé un mignon moment de lecture en apprenant plus sur une femme pionnière de son temps, et de sa relation avec ses filles qu'elle a élevées seule suite à la mort de son mari Pierre alors que ses filles étaient encore petites. Ces quarante lettres ont été sélectionnées parmi plus de deux-cent, réunissant les plus tendres. Les fautes d'orthographe ont même été conservées, pour la plus jeune des filles Eve
Articles récents

Une sirène américaine

 Comment résumer un livre qui était totalement what the fuck et que je n'ai pas trop aimé? Pas simple clairement... Je vais donc faire court et efficace car nul besoin et envie d'en écrire trop pour décrire ce livre que je n'ai pas trop aimé et qui est objectivement très étrange. Je l'ai emprunté car je trouvais l'idée originale, celle de Penelope qui écrit un roman féministe sur une sirène qui devient best-seller et dont l'adaptation est en cours pour le cinéma. Chouette ça ressemble à Fabrice Caro ça me suis-je dis. Que nenni réellement... Lisez "Journal d'un scénario" pas lui... Bref.  On suit donc Penelope jeune femme prof de lettres habitant New-York qui quitte son travail suite au succès de plus en plus grandissant de son roman. Elle s'installe à Los Angeles pour être plus près d'où va se jouer son avenir quant à l'écriture du scénario de son livre en film. Aidée si on puit dire, de Murphy et Randy spécialistes de l'écriture d

La grande ourse

 En traitant un bon de commande Folio, je suis tombée sur ce petit roman Prix des lycéens sélection 2024-2025 qui avait l'air franchement intéressant et différent. J'ai reçu le service de presse que j'ai lu quelques jours après son arrivée ainsi qu'après les avoir mis en rayon. Ce roman lu en trois soirs a été une très belle découverte, je n'ai pas vu le temps passer en le lisant. Je vous avoue qu'en le recevant je me suis limite demandé pourquoi j'avais voulu le service presse, mais j'ai rapidement changé d'avis.  On suit Zita, une jeune femme de 28 ans au début du récit, très grande, pouvant paraître un peu rustique et pas très féminine, d'autant qu'elle a été élevée dans une famille de bergers dans les Pyrénées dans le petit village de Ossèse, tout proche de la frontière espagnole. Là-bas, Zita et son jeune frère Julien, leurs parents et leur grand-mère appelée Petite mère, vivent depuis des décennies. Ils vivent en pleine campagne, vivant

Made in Gangnam

 Un petit bouquin coréen que j'ai quasiment tout lu en une journée, reçu en service presse, ayant pas mal discuté de la maison d'édition Picquier que j'aime beaucoup avec la représentante. Quand j'ai su qu'un nouveau polar coréen allait bientôt sortir en poche j'étais très curieuse, et bien qu'il ne s'agisse pas de mon rayon donc pas de mes choix, je l'ai tout de même demandé en SP. Mon collègue du polar m'a suivie et en a commandé quelques uns. J'avoue avoir à peine lu le résumé avant de le commander me fiant surtout au fait qu'il s'agissait d'un roman coréen avec le fameux quartier de Gangnam dans le titre. Dans ce récit guère reluisant sur les utlra-riches coréens, habitant ou faisant du business majoritairement dans le riche quartier de Gangnam, Gangnam étant d'ailleurs plutôt un arrondissement, Gangnam-gu englobant les quartiers de Sinsa, Apgujeong, jusqu'à l'est Samseong, en passant par le sud par Dogok, Yangjae,

Où la vie nous conduira

 Un roman que nous avons reçu au mois de mars, qui se remarque par sa très jolie couverture, et pour mon roman, par ses pages toutes colorées, édition spéciale service de presse envoyée aux journalistes et libraires. J'avais hâte de le lire, un bel objet livre joue beaucoup. Je n'ai jamais rien lu de Cathy Bonidan, annoncée comme la nouvelle Mélissa da Costa par ma collègue du moins, j'étais donc vraiment curieuse de découvrir ça. L'autrice a été lauréate de plusieurs prix et a déjà été traduite dans plus de dix pays. Des arguments franchement cool.  Dans son dernier roman sorti le 10 mai "Où la vie nous conduira", l'autrice place son récit au centre d'un plateau de télé, réunissant sept protagonistes complètement différents les uns des autres dont la particularité est celle qu'ils ont tous été choisis pour participer à une émission spéciale qui aura lieu pour Noel. Ils ont été choisis par leur entourage pour participer à cette expérience. On suit

Lemon

 Un très court roman coréen que j'ai lu intégralement au boulot, entre pause repas et temps calme. Je l'avais repéré sur la table de romans étrangers et je m'étais dit qu'il avait franchement l'air intéressant. Autant j'enchaîne les romans japonais, autant pour les coréens c'est moins le cas ces temps-ci, en recevant moins que les japonais, j'en profite donc pour en lire dès que l'occasion se présente. Dans ce court roman, on suit plusieurs personnages suite à la mort d'une jolie lycéenne admirée de tous: Kim Hae on. La jeune fille a en effet été retrouvée tuée dans un parc, morte d'un coup sur la tête.  Deux suspects: Han Man-u, issu d'une famille très modeste, dont les propos lors de sa convocation ne sont pas clairs et Shin Jeong jun issu d'une bonne famille, avec qui la victime a été vue dans sa voiture pour la dernière fois. Le temps passe et on ne sait toujours pas qui est le coupable.  On suit plusieurs personnages dont Sang Hu

Un jeudi saveur chocolat

 Un court roman que j'ai lu d'une traite un dimanche, "Un jeudi saveur chocolat" de Michiko Aoyama. Il s'agit du premier tome précédant " Un lundi parfum matcha ", mais j'avais pourtant commencé par ce dernier. D'ailleurs, peu importe l'ordre, vous pouvez très bien les lire comme vous le souhaitez. Adapté récemment en poche, c'était l'occasion d'agrandir ma collection de romans japonais, ce livre concluant, pour le moment évidemment, mes lectures japonaises lues d'une traite ces derniers temps, celui-ci étant le quatrième. Comme dans "Un lundi parfum matcha" dont j'avais vraiment adoré l'ambiance, divisé en douze chapitres entre Tokyo et Kyoto, suivant des personnages gravitant autour du Café Marble, ce premier tome est le même genre, même si je pense avoir préféré le second. Ce premier tome nous donne les bases de l'existence du fameux Café Marble situé tout au bout d'une rue pleine de cerisiers, par