Accéder au contenu principal

Articles

Affichage des articles du juillet, 2024

Ecoutez-moi jusqu'à la fin

 Je pense que j'aurai pas mal de mal pour résumer ce roman qui pour moi était un ovni. Offert par une collègue, je n'avais pas lu de livre de chez Gallmeister depuis un moment. Il a reçu le National book award et je trouvais la couverture particulièrement belle, avec des couleurs que j'adore. Lu durant ma semaine de vacances, j'en ai profité pour les débuter avec ce roman reçu pour mon anniversaire en avril. Dans ce roman, on suit plusieurs personnages, et notamment Blandine Watkins anciennement Tiffany, jeune femme de 18 ans, vivant dans une colocation avec trois garçons. Notre héroïne se réfugie dans le mysticisme, après avoir vécu des évènements traumatisants, et avant de "sortir de son corps". En effet, tout du long du roman, le récit parle de ce fameux moment où Blandine sort de son corps, et les évènements sont racontés par rapport à ce moment.  Blandine vit donc dans la ville de Vacca Vale, ville vue comme sans réel intérêt, porteuse de médiocrité et d&

La poule et son cumin

 J'avais envie de lire ce livre depuis des semaines, après avoir entendu dire sur les réseaux qu'il était bien. J'ai profité d'un samedi calme à la librairie pour le commencer, le continuer durant ma pause midi et le terminer le lendemain. Je l'ai même acheté ce qui est plutôt rare. Il s'agit du tout premier roman de l'autrice franco-marocaine Zineb Mekouar qui nous amène à en savoir plus sur le pays d'un de ses deux parents, le Maroc. Récemment adapté en poche aux éditions Points, j'en ai entendu parler et j'ai eu très envie d'en savoir plus. Dans ce roman se déroulant entre le Maroc et la France, on suit deux jeunes femmes: Fatiha, élevée seule par sa mère qui est bonne pour la riche famille Chérif Falani dont la petite fille s'appelle Kenza. On suit le destin de ces deux petites filles, puis jeunes femmes avant de devenir femmes et que leurs chemins s'éloignent. Kenza est une petite fille privilégiée, vivant avec sa grand-père Mami

Les 30 meilleures façons d'assassiner son mari

 Un tout petit livre de 150 pages, lu intégralement au boulot. Conseillé par mon collègue du polar, ayant déjà lu "Bonne nuit maman", je me suis dit que ce roman serait idéal à lire lors de moments calmes à la librairie. Ayant beaucoup aimé son autre roman, j'en ai profité pour lire celui-ci, lu rapidement que j'ai beaucoup aimé. Dans ce petit bouquin divisé en cinq nouvelles, l'autrice propose comme le titre l'indique, des situations en rapport avec le meurtre et la mort, notamment de femmes souhaitant tuer leurs maris. Mais aussi des hommes souhaitant tuer leurs compagnes.  Dans la première, une vieille dame vivant avec son mari insupportable souhaite en finir avec lui, et être enfin tranquille. Elle note en bas de son carnet de comptes, chaque jour un mot différent, outil avec lequel elle pourrait mener à bien son entreprise. Elle s'accuse ensuite du meurtre sauf qu'il est impossible qu'elle l'ait tué. La femme souffrant de problèmes psychol

Une soupe à la grenade

 Une très belle lecture que j'ai faite récemment, avec "Une soupe à la grenade" de Marsha Mehran, femme iranienne, s'étant servi de sa propre histoire pour construire celle-ci. L'autrice est décédée à l'âge de 36 ans en Irlande. Dans ce roman sorti l'année dernière en grand format mais été récemment adapté en poche chez Picquier, cette maison d'édition que j'aime tant, proposant toujours de bons textes avec de jolies couvertures. J'en ai profité qu'on l'ait reçu en importante quantité pour en emprunter un à la librairie.  On suit donc trois sœurs, ayant fui l'Iran suite au régime autoritaire et de la sharia du shah dans les années 1970, pour s'installer en Angleterre, après avoir voulu obtenir un passeport américain avec difficulté. Marjan, fin de la vingtaine, jeune femme dynamique, positive, généreuse faisant office de mère pour ses deux jeunes sœurs Bahra 24 ans plus renfermée et taiseuse et Layla 15 ans encore adolescente. N

Nuages

 Après avoir lu Audrey Hepburn, j'ai eu envie de continuer de découvrir de jolis romans graphiques me sortant et me changeant un peu de mes romans. J'ai clairement emprunté "Nuages" de J.Personne à cause de sa couverture que je trouvais franchement très jolie. J'ai beaucoup aimé les couleurs, chose très importante chez moi avec pas mal de tons de orange, rose, avec de jolis graphismes et une histoire plutôt mignonne. On suit Léo, enfant au début du livre qui grandit, va à l'école, tombe amoureux, a son premier rapport, se marie, a un enfant, son enfant qui à son tour tombe amoureux... Jusqu'à devenir très vieux. La vie en somme. Sauf que lorsque Léo ne croit plus en rien, rencontre des difficultés de vie, il voit son alter-ego, sorte de super-héros qui flotte dans le ciel et l'aide. Léo expérimente le travail, la fatigue, les injustices, le racisme... A chaque difficulté, Léo se dit "Un jour je volerai". Il y a de nombreuses pages avec des de

Urushi

 Une petite lecture bien mignonne empruntée à la librairie commencée un jour calme, que j'ai directement ramenée chez moi afin de la terminer rapidement. Après avoir lu récemment "Sémi " issu de la même pentalogie, histoire centrée sur les grands-parents de la famille Niré, j'ai eu envie de lire le tout dernier, "Urushi", qui désigne un arbre, le laquier. On suit cette fois-ci Suzuko, quinze ans, la fille biologique de Kyoko, la fille ainée du couple Niré. Sa mère étant décédée lorsqu'elle était bébé, son père s'est remarié à la sœur de sa femme, Anzu, qui a adopté la fillette, ayant elle-même un fils que le père de Sukuzo a adopté à son tour. Ils forment une famille aimante et unie originale, différente du schéma familial traditionnel japonais. Suzuko est une fille intelligente habitant avec ses parents, tandis que Tôru son frère adoptif mais légitime cousin vit à Nagoya. Très proche de celui-ci, elle l'aime beaucoup, même un peu plus que de l&#

La dernière allumette

 Première fois de ma vie que je lis un roman de l'autrice française très réputée Marie Vareille. Lorsque son tout dernier roman en grand format est sorti, je me suis dit que c'était l'occasion de le lire, mais repoussant toujours pour me concentrer sur autre chose. Dernière semaine de juin, je me suis enfin dit qu'il était temps, faisant trois mois que son dernier roman était sorti, ça commençait à faire. J'avais entendu de très bonne critiques sur ce roman, en lice pour plusieurs prix. Le roman de l'autrice "Désenchantées" ayant été particulièrement plébiscité, j'ai eu très envie de découvrir sa plume. Commencé un dimanche soir et terminé le lendemain soir, j'ai vraiment adoré ce roman, quasiment lu d'une traite. J'avais entendu dire que l'histoire n'était pas facile et que la fin était inattendue, je vous le confirme, j'ai même réellement versé ma larme.  Que je vous en dise plus sur ce roman... On suit plusieurs personnag

Audrey Hepburn

 Je ne lis que trèèèès rarement autre chose que des romans, mais en voyant ce très bel ouvrage sur la table de ma collègue en BD et romans graphiques, j'ai bien eu envie de le lire. Je n'ai lu qu'un seul autre roman graphique, avec "Limbo" l'histoire d'une coréano-américaine que j'avais beaucoup aimé, mais lu d'une traite à la librairie donc je n'ai pas eu l'occasion de le ramener chez moi afin d'en faire un article et de le présenter pour ma chaîne Youtube. avec "Audrey Hepburn", je me suis dit que j'en apprendrai plus sur la fameuse actrice et femme très impliquée dans les causes humaines. Le roman graphique commence en 1929, année de naissance de la star britannique, née en Belgique, anglaise par son père et néerlandaise par sa mère. Audrey a vécu dans une famille assez bourgeoise, ses parents ayant divorcé alors qu'elle était encore assez jeune. Passionnée de danse classique Audrey aurait du se destiner à une carri

Dis-lui que je l'attends

 Le deuxième roman de Takuji Ichikawa que je lis juste après le premier "Je reviendrai avec la pluie", dont les couvertures ont été refaites et sont beaucoup trop belles. Cette fois-ci, on suit Satoshi, fin de la vingtaine, qui tient un magasin de plantes aquatiques, ayant toujours été intéressé par ça. Il a un employé en part-time, Natsumé toujours très bien habillé, beau et élégant, même trop pour un petit commerce comme le sien qui peine à démarrer, et il embauche ensuite une ancienne actrice et mannequin, Morigawa Suzuné dont la plupart des japonais connaissent le visage et ayant décidé de changer de vie. Notre jeune homme assez timide accepte que la jeune femme dorme dans son magasin, n'ayant guère lieu où aller. Satoshi sort plus ou moins avec Misaki, une jeune femme timide tenant un magasin d'aromathérapie, avec laquelle il a fait trois rendez-vous s'étant rencontrés via un organisme de rencontres en vue d'un mariage. Le jour où Morigawa Suzuné débarque

Je reviendrai avec la pluie

 Un roman vendu à plus de trois millions d'exemplaires, que j'ai acheté récemment et que j'avais très envie de lire. La couverture m'a clairement décidée dans mon choix d'achat on ne va pas se le cacher. Le suivant que je vous présenterai a une couverture très très similaire, il ne s'agit pourtant pas de la suite, mais d'une autre histoire. Dans ce beau roman autant extérieurement qu'intérieurement, on suit une histoire d'amour, de famille avec des touches de fantastique. Takumi n'a pas encore 30 ans quand il doit élever seul son fils de six ans Yûji suite à la mort de sa femme Mio. Celle-ci décédée brusquement a laisse un grand vide dans la vie de ces deux hommes. Notre papa fait de son mieux pour être présent pour son fils, et faire en sorte qu'il soit heureux mais l'absence de Mio pèse lourd.  Takumi ne peut pas prendre le train, l'avion, le bus, aller au cinéma, dans de multiples lieux où il se sent oppressé et mal, sa vie étant c

Vie à vendre

 J'ai lu d'une traite ce roman de Yukio Mishima, écrivain très prolifique et beaucoup traduit en français. Je l'avais déjà repéré il y a des semaines/mois, et je me suis enfin décidée à le lire, le livre allant finir en retour chez l'éditeur, c'était le moment ou jamais de le découvrir. Une lecture que j'ai réalisée d'une traite un dimanche. On suit Hanio Yamada dans ce roman original, qui après avoir raté son suicide, bien qu'ayant un bon travail dans lequel il gagne bien sa vie, n'est guère heureux. Un jour donc, il prend des cachets pour en finir. Cependant il rate son suicide, se retrouve à l'hôpital et décide alors de vendre sa vie. Il publie une annonce dans le journal, quelques jours passent et le premier individu se présente à lui. Il s'agit d'un vieil homme qui le paye l'équivalent de quelques centaines d'euros pour aller séduire la femme du vieil homme, bien plus jeune que lui, que son nouveau client sait qu'elle le

Une époque en or

 Encore un service de presse, autant en profiter que je travaille dans une librairie pour lire les livres que l'on reçoit de la part des éditeurs, que ce soient des romans déjà sortis ou qui vont sortir. J'essaye en ce moment de varier entre des lectures sorties depuis longtemps, d'autres qui sont toujours d'actualité et des romans qui vont sortir pour la rentrée littéraire. Sans compter les exemplaires que j'emprunte au magasin, que nous n'avons pas reçus pour nous libraires. Bref, Titiou Lecoq "Une époque en or", nous l'avons toujours au moment où j'écris sur notre table de litté française, je me suis dit qu'il était temps de le lire. J'ai seulement lu "Les morues" de l'autrice sorti il y a plus de dix ans, que j'avais beaucoup aimé de par l'histoire décalée et l'écriture unique pleine de touches d'humour. L'autrice française écrit aussi de la socio notamment sur les femmes, des livres que l'on ve

Je suis Amélie Lenglet

 Ce polar était sur la table de mon collègue, écrit à quatre mains entre Jacques Expert et Philippe Balland et j'avoue qu'il m'a fortement donné envie de le lire. J'ai emprunté le service presse, lu en deux jours. Un polar français, ça change un peu de ce que je lis d'habitude. Je préviens direct que ce n'est pas hyper bien écrit, cela manque d'accès aux infos des personnages principaux les points de vue n'étant pas omniscients mais pour autant, l'intrigue a rencontré deux plot twists, je peux donc vous dire que bien l'écriture n'était pas ouf du tout, il m'a tenue en haleine jusqu'à la toute fin. On suit un couple, Laetitia, restauratrice et Hervé, prof d'histoire géo, qui ont vécu le pire dix ans auparavant. Alors que Hervé était avec sa fille au parc où ils se rendaient chaque dimanche et que celui-ci faisait des tours du lac et elle jouait assise sur une serviette avec son chien, elle disparut. Le couple vit depuis dix ans dan

Le nouveau

 Après " Le cygne et la chauve-souris " j'avais envie de continuer de lire du Higashino, l'auteur japonais phare de polars, que j'ai conseillé hier à une cliente au moment où j'écris, qui souhaitait un polar pour sa fille ado qui ne soit pas trop sanglant. J'ai tout de suite pensé à Higashino, ses polars étant des enquêtes sur un meurtre certes, mais sans que cela soit gore ou sanglant, ce qui change des polars par exemple de Thilliez, ou de certains scandinaves ou américains, ceux de Higashino étant tout aussi intéressants que ces derniers, mais moins sanglants. Idéal pour les personnes dont l'hémoglobine n'est pas la passion numéro 1. Dans "Le nouveau", son avant dernier sorti en poche, Higashino nous fait retrouver l'inspecteur adjoint Kaga, un personnage haut en couleurs, flic, que l'on retrouve dans ses autres romans. Celui-ci change de quartier, et muté dans un commissariat de Nihonbashi quartier de Tokyo situé à l'est d

L'affaire Midori

 Une lecture que j'avais envie de découvrir depuis longtemps avec "L'affaire Midori" de Karyn Nishimura, une journaliste française vivant au Japon depuis des années. Dans ce livre elle nous raconte sa vie en tant que française au pays du soleil levant, entre son travail, les urgences journalistiques à traiter et son regard sur cette société en apparence très lisse, très respectueuse... Elle nous raconte l'affaire Midori, une affaire qui a secoué le Japon en 2017, dans laquelle une jeune femme, fin de la vingtaine a tué sa fille de 4 ans Maya, le corps ayant été retrouvé démembré dans une glacière pleine de litière pour permettre aux odeurs de ne pas se diffuser. Dur... Le début commence donc de façon très intense, surtout quand on sait qu'il s'agit d'une véritable affaire, ça commence fort... Elle est aussitôt condamnée, avoue les faits et est incarcérée en attendant son procès. Quelques temps plus tard on découvre deux bébés retrouvés dans un casier à

La forêt au clair de lune

 J'avais particulièrement hâte de lire le dernier Michiko Aoyama ayant écrit plusieurs romans dont j'ai lu et adoré "Un lundi parfum matcha" et "Un jeudi saveur chocolat". Je savais depuis plus de deux mois, que son nouveau sortirait début juin, j'ai demandé le service de presse que je n'ai pas reçu donc j'en ai emprunté un pour le lire juste après sa sortie. Comme prévu, la lecture fut très mignonne, et elle m'a fait du bien à un moment où émotionnellement trop de choses se passaient. Comme à son habitude, on suit plusieurs points de vue de personnages, pour nous emmener au plus profond de l'histoire, et nous amener à en savoir plus sur un maximum des protagonistes, qui sont tous liés, comme ses autres romans. Dans le premier chapitre on suit Reika début de la quarantaine, qui a quitté son travail d'infirmière qui lui cassait la santé, et devenait épuisée. Elle vit toujours avec sa famille, comme c'est souvent le cas dans les fam