Accéder au contenu principal

Hiver à Sokcho

 Ce petit livre aurait dû finir au retour fournisseur, mais je l'ai sauvé. Je l'avais déjà vu dans le rayon il y a de cela plusieurs semaines, et le titre "Hiver à Sokcho" m'avait interpellée, Sokcho étant une ville de la côte est coréenne dans laquelle je suis allée en automne de mon année en Corée. J'étais donc assez surprise du titre, d'autant que ce livre se trouve en littérature française. Tout fin, j'ai donc décidé de l'emprunter avant de le renvoyer. L'autrice, Elisa Shua Dusapin est franco-coréenne, tout comme la protagoniste de ce premier roman. Cette jeune femme, qui n'a pas de nom, vit et travaille dans la ville portuaire de Sokcho, très prisée des touristes et coréens l'été, mais plutôt morte l'hiver. Elle est cuisinière et aide au sein d'une pension modeste. Sa mère habite aussi la ville, poissonnière de métier. 

Notre héroïne s'y connait donc aussi bien en poissons pour réaliser de bons mets. Proche de sa mère, elles se voient souvent toutes les deux, mais elle a souhaité son indépendance, en s'installant sur son lieu de travail, au sein de la pension. Il faut savoir que dans les familles coréennes, les enfants vivent longtemps avec leur famille, généralement jusqu'à ce qu'ils se marient. La majorité ne vit jamais seule... Dans le passé, sa mère a rencontré un français, la jeune fille, fruit de cette union. Cependant il n'est jamais resté, et mis à part qu'il est français, elle ne sait rien de lui. Elle a suivi des études à l'université à Séoul de coréen et de français, elle parle donc bien les deux langues, bien qu'elle n'utilise quasiment jamais la langue de Molière. 

Un jour, surgit un homme. Kerrand, un breton, venu jusqu'à Sokcho en plein hiver. Notre héroïne est surprise de voir un français perdu dans ce trou, dans lequel il ne se passe rien l'hiver. Cet homme voyage seul, porte toujours les mêmes affaires, et la jeune fille se demande vraiment ce qu'il fiche ici. De son côté, elle continue de servir les repas à la pension, de s'occuper du confort des hôtes. Elle se balade régulièrement le long de la plage, prépare à manger avec sa mère, et passe un peu de temps avec ce nouvel arrivé. Il reste plusieurs semaines, tous deux se croisent parfois et la discussion se fait en anglais. La jeune fille sort avec un homme, coréen, mais celui-ci est plus focalisé sur sa carrière de mannequin à Séoul et sur sa vie sexuelle que sur le vrai bonheur de son couple avec la jeune fille. 

Les jours passent, le froid s'installe, sa relation avec son "copain" s'étiole, tandis que sa mère est déterminée à marier sa fille vite. L'étranger sort, ou bien reste cloîtré dans sa chambre, ne touchant que rarement la nourriture préparée par notre cuisinière. Ils vont tout de même aller vers la frontière nord-coréenne, la Corée du nord étant en effet située à 60kms de Sokcho, un poste d'observation existant le long de la frontière la plus militarisée du monde. Kerrand souhaite en effet en savoir plus sur le conflit et voir de ses propres yeux cet ennemi si effrayant. La jeune fille l'accompagne, n'étant jamais allée dans cet endroit, bien que vivant depuis toujours à Sokcho. 

Ils vont aussi aller faire une balade dans la montagne, la jeune fille montrant un peu des richesses de sa ville natale à ce français qu'elle aime bien. Elle apprend qu'il est dessinateur, et publie régulièrement des albums se déroulant dans le monde entier. Elle l'entend le soir gratter sur le papier avec son encre et sa plume. Cet acte, anodin d'apparence, fait tomber la jeune fille sous son charme, alors que les températures de -25 degrés s'installent. Lors de son ménage quotidien, elle entraperçoit parfois quelques griffonnages de femmes.

Il est souvent question de son métissage, chose encore peu courante en Corée, les enfants issus de couples mixtes étant de plus en plus nombreux, mais pas tant que ça, et pas si bien acceptés. Plusieurs situations avec des habitants la rendent triste, notamment quand elle se balade avec Kerrand et qu'ils lui parlent en anglais. Elle se sent alors exclue de la seule culture qu'elle connaisse. L'apparition de ce français représente alors la proximité de cette double culture, de par son père qu'elle n'a jamais connu.

Un petit roman bien écrit, se déroulant dans une ville que j'ai visitée, donc l'affect étant présent, tout comme la situation de la jeune fille, peut être un peu autobiographique de la part de l'autrice. J'ai passé un très bon moment de lecture, l'ayant lu d'une traite. 

 


"Hiver à Sokcho" de Elisa Shua Dusapin, 7.50€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E