Accéder au contenu principal

La forêt au clair de lune

 J'avais particulièrement hâte de lire le dernier Michiko Aoyama ayant écrit plusieurs romans dont j'ai lu et adoré "Un lundi parfum matcha" et "Un jeudi saveur chocolat". Je savais depuis plus de deux mois, que son nouveau sortirait début juin, j'ai demandé le service de presse que je n'ai pas reçu donc j'en ai emprunté un pour le lire juste après sa sortie. Comme prévu, la lecture fut très mignonne, et elle m'a fait du bien à un moment où émotionnellement trop de choses se passaient. Comme à son habitude, on suit plusieurs points de vue de personnages, pour nous emmener au plus profond de l'histoire, et nous amener à en savoir plus sur un maximum des protagonistes, qui sont tous liés, comme ses autres romans.

Dans le premier chapitre on suit Reika début de la quarantaine, qui a quitté son travail d'infirmière qui lui cassait la santé, et devenait épuisée. Elle vit toujours avec sa famille, comme c'est souvent le cas dans les familles lorsque quelqu'un n'est pas encore marié. Son petit frère Hiroki âgé de dix ans de moins vit aussi avec eux mais n'est guère présent, très occupé par son activité de comédien dans une troupe de théâtre reconnue. Reika ne se préoccupe guère de son frère et de la notoriété de cette troupe, et s'énerve lorsqu'elle réalise que son frère s'est engagé à garder Luna, la chatte des voisins, alors qu'il déserte la maison. Reika se retrouve alors à s'en occuper, tout en s'occupant de la maison, des taches ménagères, des lessives... Elle qui pensait pouvoir enfin se reposer, elle se retrouve à être bien occupée par l'entretien du foyer. Elle s'occupe donc de la chatte très caline qui lui fait du bien au moral, et découvre un podcast, "Infos lunaires" tenu par un certain Taketori Okina, qui chaque jour à 7h du matin, partage un épisode sur la lune qui le passionne tant. Reika écoute diligemment ces épisodes, et découvre alors la page d'une créatrice dont elle commande alors une bague en pierre de lune noire, appelée communément saku "nouvelle lune". Elle saute alors le pas de s'offrir un bijou, elle qui n'en possédait quasiment pas, tout en réfléchissant à son avenir. Que peut-elle faire maintenant?...

Ensuite on suit un jeune homme qui faisait partie d'un duo de comédiens, Ponsaku, lui étant Pon, qui rêve de théâtre et de faire rire les autres, mais ne parvenant guère à réaliser son rêve. Il se produit une fois par semaine en espérant se faire remarquer, activité qui ne lui rapporte rien, et qui même lui coûte de l'argent. Il est livreur pour gagner sa vie, quand un jour il tombe sur Saku, le fameux ancien de leur duo. Il travaille en tant que vendeur dans un magasin de motos, et c'est le petit frère de Reika dans le premier chapitre. Pon a toujours été envieux du succès de son ancien collègue, qui réussit au sein d'une troupe reconnue tandis que lui piétine. 

Dans le chapitre suivant on suit un homme d'une soixantaine d'années, tenant un garage avec sa femme Chiyoko. Sa fille décide de partir loin d'eux pour épouser l'homme qu'elle aime enceinte, et l'homme se retrouve alors seul. Lui aussi découvre le podcast, "infos lunaires" étant présent dans chaque chapitre, amenant différentes réactions selon nos personnages. Grâce aux explications de son créateur parlant de soleil et de lune, il apprend que le soleil jour le rôle de père et la lune de mère, ce qui le ramène à sa propre famille, lui étant effacé et ayant laissé sa femme s'occuper de leurs filles sans n'avoir guère de moments seul avec sa fille. Le départ de sa femme pour Fukuoka afin d'aider leur fille enceinte va lui faire prendre conscience de beaucoup de choses...

Le chapitre suivant concerne une lycéenne, tout juste 18 ans, dont le père est parti un jour, sa mère étant restée très fâchée de cela, laissant à sa fille de l'argent pour manger et vivre mais ne passant guère de moments avec elle. La jeune fille décide alors d'acheter un scooter et de prendre un petit boulot, souhaitant rapidement devenir indépendante, et s'éloigner un maximum de sa mère. Elle fait ensuite la rencontre d'un camarade de classe qui s'avère être le fils du directeur de la fameuse troupe de théâtre de laquelle fait partie Saku. Ce jeune homme lui raconte alors que de son côté, après le divorce de ses parents, il a choisi de rester avec son père, ne souhaitant pas être un poids pour elle...

Quant au dernier chapitre, on suit Mina, la fameuse créatrice du bijou en pierre de lune qu'a acheté Reika dans le premier chapitre. La boucle est alors bouclée, et enfin plus quand Mina fait la connaissance de Ririka une artiste reconnue, proche d'un autre des personnages dans le récit... Mina fabrique ardemment des bijoux, son activité fonctionnant très bien, et croulant sous le travail. Elle vit enfin de son activité, mais a beaucoup de mal à suivre la cadence intense de toutes les taches qui l'attendent: élaboration des bijoux, création, suivi des commandes, taches administratives, puis ensuite un beau projet qui l'attend rajoutant encore une bonne dose de travail. Elle en veut à son mari de ne guère être enthousiaste face à son succès... Elle aussi découvre le fameux podcast révélant des choses en elle tout comme les autres protagonistes du roman...

Une belle histoire qui comme d'habitude avec Aoyama nous donne accès aux pensées et aux vies de plusieurs protagonistes hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, liés d'une certaine façon entre eux, connectés de plus par ce fameux beau podcast sur la lune. J'ai beaucoup aimé cette lecture qui fait beaucoup de bien, mais n'est pas que bisounours, car elle parle aussi des difficultés de la vie, mais en douceur. 



"La forêt au clair de lune" de Michiko Aoyama, 20€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.           Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement.  On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe d