Accéder au contenu principal

Je reviendrai avec la pluie

 Un roman vendu à plus de trois millions d'exemplaires, que j'ai acheté récemment et que j'avais très envie de lire. La couverture m'a clairement décidée dans mon choix d'achat on ne va pas se le cacher. Le suivant que je vous présenterai a une couverture très très similaire, il ne s'agit pourtant pas de la suite, mais d'une autre histoire. Dans ce beau roman autant extérieurement qu'intérieurement, on suit une histoire d'amour, de famille avec des touches de fantastique. Takumi n'a pas encore 30 ans quand il doit élever seul son fils de six ans Yûji suite à la mort de sa femme Mio. Celle-ci décédée brusquement a laisse un grand vide dans la vie de ces deux hommes. Notre papa fait de son mieux pour être présent pour son fils, et faire en sorte qu'il soit heureux mais l'absence de Mio pèse lourd. 

Takumi ne peut pas prendre le train, l'avion, le bus, aller au cinéma, dans de multiples lieux où il se sent oppressé et mal, sa vie étant clairement impactée par ces soucis. Un jour, il amène même son fils au cinéma, en ne rentrant pas lui-même dans la salle mais en l'attendant dehors. Son fils collectionne les boulons, est un petit garçon très curieux, sensible et intelligent. Les souvenirs d'avec sa maman ne sont pas tous très clairs, étant petit lorsqu'elle est décédée, mais elle lui manque clairement. 

Un jour du début de la saison des pluies, père et fils se baladent en forêt, faisant tous les deux souvent du vélo et ont la grande surprise de tomber sur Mio, bel et bien là. Tous deux sont évidemment éberlués surtout Takumi qui sait très bien qu'elle est morte, tandis que pour le petit Yûji, le concept de mort est plus abstrait. Ils lui parlent, elle répond, et peuvent même la toucher. Pourtant elle ne se rappelle d'aucun souvenir d'avec eux, mais c'est bien elle. Takumi est ravi, Mio lui manquant énormément, il la retrouve alors, semblant plus jeune et ne se souvenant plus de leur vie de famille mais qu'importe pour lui. Les jours passent, il n'en revient pas de se réveiller chaque matin à ses côtés. 

Ces jours durant, tous deux ne s'embrassent pas, ne se touchent pas, se rapprochant au fur et à mesure. Yûji est ravi de retrouver sa mère avec laquelle il va partager un maximum de choses. Takumi raconte alors la rencontre d'avec celle qui deviendra sa femme, ayant mis plus de six ans à franchir l'étape suprême de rapprochement des corps. Comment Takumi ne répondait plus à Mio persuadé de ne plus jamais pouvoir être avec elle à cause d'une maladie, ne répondant plus à ses lettres alors qu'elle lui manquait terriblement. Les deux époux se rapprochent alors, les jours passant, la saison des pluies avançant dans le temps. 

Takumi se confie sur le retour de sa femme auprès d'un ancien professeur devenu une sorte d'ami surnommé Nombre, celui-ci revoyant Mio et étant clairement surpris. Des évènements et autres se passent pour la famille de Takumi et Mio, le lecteur étant pleinement plongé dans cette belle ambiance de fantastique mêlé au réalisme. Mio sait très bien qu'elle va devoir repartir pour "Archive" et donc la séparation s'annonce proche et inévitable. Elle leur prépare à manger, leur explique pleins de choses pour quand elle ne sera plus là afin que père et fils s'en sortent sans elle. 

Bref une très jolie histoire, ode à l'amour, à la famille que j'ai particulièrement aimée, dont je lis le roman suivant, actuellement étant en train d'écrire ces lignes. La façon d'écrire est belle, douce, un roman qui fait du bien. 



"Je reviendrai avec la pluie" de Takuji Ichikawa, 8.50€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.           Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement.  On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe d