Accéder au contenu principal

Dès que sa bouche fut pleine

 Un livre un peu différent dans cet article, puisqu'au moment où je l'écris, je vais rencontrer l'autrice de ce roman dans quelques jours à la librairie où je travaille. Super nouvelle donc, j'ai hâte. Il s'agira d'une double rencontre, avec une autre jeune femme dont je lis le livre en ce moment, dont je vous parlerai bientôt par ici. Tous deux sont deux premiers romans, plutôt bien cool donc. Comme j'ai su que les autrices viendraient, j'avais donc très envie de lire un peu leurs romans pour pouvoir potentiellement leur poser des questions pertinentes. La couverture était en plus jolie, une ancienne collègue avant que j'arrive avait laissé un très bon avis sur ce roman, d'autant plus de raisons de le lire. Le titre était assez évocateur, même si sans trop savoir de quoi parlait le roman, on pouvait avoir une idée. 

En effet, Juliette Oury, imagine un monde, dystopique selon moi, dans lequel les places de la nourriture et du sexe sont inversées. Je m'explique. Tout le monde fait l'amour comme on mange, et les repas deviennent tabous. Assez étrange au premier abord, même tout au long du roman, mais j'ai trouvé l'idée très originale. Elle a poussé l'idée jusqu'au bout avec par exemple "la brigade des mets", plutôt que         "la brigade des moeurs", les mariés qui une fois passé la sortie de l'église ne s'embrassent pas mais se donnent du sucre l'un à l'autre, comme la nourriture devient aussi intime que le sexe l'est dans notre société, ou pas d'ailleurs. 

Forcément, pas mal de scènes étaient assez explicites et assez inconfortables pour moi, mais elle a eu l'audace de tirer l'idée jusqu'au bout. On suit donc Laetitia, en couple avec Bertrand depuis des années habitant Paris. Notre héroïne travaille pour une marque moyenne d'ameublement. Tous les deux font l'amour chaque matin à 7h, comme on prendrait le petit déjeuner. Au début cette scène ne choque pas, puis la façon dont c'est expliqué, que Bertrand prend les devants à chaque fois, comme recommandé par le gouvernement, je me suis aperçue que l'idée des deux sujets étaient effectivement inversés dès le début. Laetitia n'est pas emballée par ce rituel matinal, mais n'ose dire non à Bertrand. Ils se nourrissent de barres sustentives, sans goût, les vrais repas n'étant rarement organisés, étant beaucoup trop intimes, même au sein de leur propre couple. On se rend alors compte que si même leurs ébats sont pauvres en saveur, comme s'ils se nourrissaient sans saveur et qu'ils n'organisent jamais de repas entre eux, représentant donc un acte très intime comme le sexe, leur couple n'est pas au top. Laetitia n'est pas heureuse, se plie à ces séances régulières de sexe avec ses collègues, et même avec un couple d'amis accompagné de son mari. Comme on couche on dîne. 

Un jour Laetitia tombe sur un cours de cuisine à réserver, étant alors considéré comme un délit, tout comme s'il s'agissait d'une maison close. Elle attend impatiemment la réponse de cheffe Jenni, voulant à tout prix se sustenter correctement, ou plutôt prendre du vrai plaisir. En effet, au moment de l'envoi de son message, elle a fait l'affront d'acheter des pommes. Leur dégustation représente pour elle le pêché, le paroxysme du plaisir. J'ai noté quelques phrases qui caractérisent bien cette inversion de nourriture et sexe. Lorsqu'elle rejoint le cours pour la première fois, très stressée elle dit "cuisiner avec cheffe Jenni avant d'avoir couché, c'était le monde à l'envers". Quand elle part du cours et réalise qu'elle embaume la nourriture et que tout le monde va s'en rendre compte, elle dit "elle puait la bouffe". Lorsque le taxi la prend pour la ramener chez elle il lui fait la leçon, discours qu'on entend souvent concernant le sexe du style, que les femmes font les saintes nitouches. Ici c'est exactement pareil "vous faites la sainte nitouche dès qu'on vous parle de bouffe", comme certains pourraient dire concernant le sexe. Le parti pris d'avoir inversé les deux est plutôt malin je trouve, car ça nous amène à réfléchir à pas mal de soucis concernant notre société. 

Dans ce cours de cuisine, Laetitia dit "on était là pour bafrer " au lieu de vous savez quoi. Ces cours représentant l'apothéose du tabou et de l'interdit. Un jour, un homme la suit et l'oblige à manger, "je me suis fait gaver" dit elle à Bertrand au lieu de "je me suis fait violer". Bref pleins d'éléments comme ça qui tout au long du roman renforcent cette dimension singulière qu'a voulu donner l'autrice 

J'avoue avoir été assez mal à l'aise durant la lecture de ce roman bien que l'idée soit culotté, originale et bien trouvée. Les éléments ont été bien trouvés, l'histoire est intéressante.



"Dès que sa bouche fut pleine" de Juliette Oury, 19€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E