Accéder au contenu principal

Les suicidés du bout du monde

 Tout comme "L'autre fille noire", j'ai emprunté ce livre qui allait finir en renvoi à l'éditeur ayant été interpellée par la couverture et le titre, voulant savoir de quoi il en retournait. Un pitch pas très gai, mais je me suis dit que cela pouvait être intéressant d'autant qu'il s'agit d'une histoire vraie. 

L'autrice, Leila Guerriero est journaliste et a publié plusieurs livres, celui-ci "Les suicidés du bout du monde" étant son premier. Elle a choisi de raconter la tragédie, malédiction qui a frappé la petite ville de la Patagonie de Las Heras, ayant subi plusieurs suicides entre 1997 et 1999. Interpellée par cet évènement morbide, elle a décidé de se rendre sur place, quittant Buenos Aires, pour la pampa, dans la partie sud de l'Argentine, là où il n'y a pas grand chose. Un fort taux de chômage, seul le pétrole faisant vivre la bourgade, guère d'espoir et de perspectives d'avenir pour les jeunes, elle s'est retrouvée durant quelques jours dans cette ville au milieu du rien afin d'interroger les proches des victimes de ces années-là. 

Une ambiance proche du far-west américain, la pampa argentine ressemble à sa comparse américaine. Suite à cette tragédie, un programme de l'UNICEF a vu le jour, chargé de se rendre sur place afin d'aider la population locale, et tenter de trouver des solutions à cette vague de jeunes suicidés. Cependant cela n'a pas tenu, et Las Heras a continué de rester la petite bourgade sans beaucoup d'avenir qu'elle était. La mairie, les bordels, les clubs, le pétrole, rares domaines demandeurs de travail, où Jéhovah règne, le vent et la chaleur également. Leila rencontre au fur et à mesure de son séjour les mères, amis, frères et sœurs des victimes afin de tenter de comprendre. Qu'est ce qui a poussé ces jeunes à choisir de renoncer durant ces trois années maudites, dont certains disent que c'est à cause d'une secte ayant poussé ses fidèles au pire. A moins qu'il ne s'agisse du manque d'avenir, des vies de ces jeunes, délaissés, violés, abandonnés, malheureux... Une lecture peu réjouissante je ne vous cache pas, tandis qu'elle nous livre les histoires de ces jeunes âgés de dix-huit ans à bien trente-quatre. La plupart s'étant ôté la vie par pendaison en pleine rue ou bien dans l'intimité de leur chambre. Ou alors par arme à feu. Des morts pour le moins choquantes et perturbantes pour ceux qui restaient. La première ayant, selon les habitants, lancé une véritable vague de suicides entraînant son amie mais aussi d'autres jeunes du quartier. 

La première s'appelle Monica et a décidé d'en finir, retrouvée par sa mère. Julieta, amie de la jeune fille décide elle aussi d'en finir, toutes deux issues de familles nombreuses, dont la vie n'est guère heureuse, avec des naissances précoces, peu de bonheur. Le père de Monica dit à notre autrice qu'un mal inconnu s'est emparé de sa fille, écoutant du hard-rock, s'habillant de vêtements déchirés, ayant le nez piercé. Il cherche une raison à ce drame, sans remettre sa propre famille en question. 

Son amie Julieta suit ensuite ce tragique destin, tout comme Luis Montiel, ayant bientôt terminé le lycée ne souhaitant pas comme les autres adolescents de son âge, suivre le même chemin. Mais trace le sien, se pendant de façon à ce que ses camarades le retrouvent... On rencontre ensuite Pedro Baltran, un professeur d'anglais maquillé, personnalité exubérante de Las Heras racontant la vie misérable des habitants. Proche des jeunes, il obtient des confidences, et comme eux, marginaux, les comprend. Même les plus âgés décident d'en finir. On découvre ensuite Cécilia, prostituée, par manque de perspectives arrivée ici par dépit. Oscar Prado, fonctionnaire a décidé lui aussi de terminer sa vie. Bref, difficile de tous les citer, j'ai clairement dû rouvrir le livre pour bien me rappeler de tout que ce soit les noms, âges, raisons de mourir si on le sait. 

Une lecture qui change de d'habitude sur un évènement réel, tragique, pas bien réjouissant mais assez intéressant. Une lecture nous plongeant là où on survit, sans joie, sans avenir, récit assez plombant je l'admets, bien que la vie ne soit pas du tout rose loin de là, j'avoue avoir eu un peu de mal à le terminer. De la violence, du malheur, de la destruction... Peut être parce que je n'ai pas réussi à me retrouver dans le récit, manque de compassion, pourtant je compatissais, je ne sais pas. 




"Les suicidés du bout du monde" de Leila Guerriero, 9€


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E