Accéder au contenu principal

Nos racines invisibles

 Je vous avais dit dans mon dernier article que j'arrêterai un peu avec les romans japonais, ça va être le cas avec cet article et au moins deux suivants c'est certain. Même si l'ambiance des romans japonais me plaît énormément et que lorsque je n'en lis pas ça me manque, je vais survivre. Cette fois-ci je vous présente un roman français sorti l'année dernière, qui ne s'est pas vendu et que j'aurais dû renvoyer chez l'éditeur, mais la couverture et le résumé m'ont interpellée, j'ai donc décidé de le lire avant de le rendre. 

On suit Romie, 25 ans, habitant dans la banlieue lyonnaise, préparant une thèse d'archéologie, étant souvent en fouilles à travers le monde. Lorsque le récit débute, Romie découvre les analyses ADN qu'elle a faites faire aux Etats-Unis, ce procédé en France étant interdit et passable d'une amende. Elle a cependant contourné les règles pour se faire une idée de son patrimoine génétique, doutant de sa filiation avec son père, homme assez fantasque, dans lequel elle ne se retrouve pas du tout. La sentence tombe alors. Son père n'est pas son père... Le coup est difficile à encaisser pour la jeune femme, même si elle se doutait que quelque chose ne tournait pas rond dans sa famille. Elle est alors en fouilles au Brésil, et a du mal à se concentrer sur son travail après avoir découvert cela. Elle revient alors à Lyon, trouve l'identité de son géniteur, David Schmidt, un auteur qu'elle va rencontrer lors d'une dédicace lyonnaise. Dans le même temps, elle doit continuer de travailler sur sa thèse, chose qu'elle fait avec sérieux, mais l'esprit détourné de son travail. Elle travaille dans un café qu'elle aime beaucoup, où un jour elle fait la connaissance de Gareth, un homme qui consulte un magazine de mariage pour son travail. Son métier consiste à conseiller les gens sur des choix. Plutôt original. Tous les deux vont commencer à nouer contact, alors que Romie doit retourner au Brésil pour son travail.

Tous deux restent en contact régulièrement à distance, tandis qu'on suit la grand-mère de notre héroïne, Donna, 75 ans, dont le mari est décédé, et décidant de vivre enfin. Elle s'est toujours conformé à ce qu'on attendait d'elle, après avoir élevé trois enfants, et avoir été une bonne épouse. Elle retrouve régulièrement ses amies, Omi et Miette, avec qui elle cancane telle une collégienne. Elle s'inscrit aussi sur une application de rencontre pour, elle l'espère, rencontrer quelqu'un de bien. Elle se contente d'abord de seulement discuter avec quelques personnes. Elle inscrit aussi sa petite fille sans lui demander son avis, cette dernière se mettant à recevoir de drôles de messages... La voir redevenir jeune est particulièrement drôle et attachant. Dans le même temps, son fils, Edmond, le père de Romie, se met en tête d'établir des records qui apparaitront au Guinness World Records. Romie est désemparée de l'attitude puérile de son père avec qui, depuis la mort de sa mère, elle ne partage plus grand chose. 

Elle fait les allers retours Brésil France plutôt fréquemment, bien que les deux pays soient très éloignés. Elle revoit Gareth, travaille sur sa thèse en tentant de se concentrer du mieux possible, tout en se renseignant sur les tests ADN, les lieux filiaux, étant ébranlée devant cette nouvelle. On lui a menti. Elle ne peut même pas en discuter avec sa mère partie quelques années auparavant d'un cancer, et n'ose le faire avec son père et sa grand-mère... Elle est bouleversée et n'arrive pas à se concentrer sur sa relation naissante avec Gareth. Elle va également avoir des nouvelles avec la femme de David Schmidt qui lui explique quelque chose qu'elle ne savait pas...

Durant tout le roman, on a également des chapitres très courts sur Constance, la mère de Romie lorsqu'elle était vivante, et ses pensées quant à la façon dont son mari et elle ont eu Romie... 

Une belle histoire sur la recherche de ses origines, la famille et les liens avec les autres. Je vous le conseille.  



"Nos racines invisibles" de Isabelle Lagarrigue, 19€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E