Accéder au contenu principal

La doublure

 Un nouveau roman de Mélissa da Costa par ici avec son avant dernier, très récemment adapté en poche. On l'a reçu en beaucoup d'exemplaires à la librairie. Ayant beaucoup aimé "Les lendemains" j'étais très contente de pouvoir lire celui-ci. Le résumé était assez intriguant, complètement différent du roman que j'ai lu. Une atmosphère assez sombre, pesante. On suit Evie, jeune femme fragilisée par le départ de son copain pour l'Amérique du sud, marin, qu'elle attendait chaque année durant neuf mois, restant trois mois en France. Evie s'est installée exprès à Marseille afin d'être là quand son amoureux arriverait. Avant de repartir. Depuis cinq ans qu'elle est en couple avec lui, c'est toujours la même rengaine. Lorsque Jean arrive ils s'installent chez la mère de celui-ci, heureusement une femme adorable Irène, et quand il repart, Evie se retrouve seule. C'est Jean qui décide. Il lui a même fait tatouer un tatouage dégradant sur l'aine " Propriété de Jean Vanet" pour lui rappeler que même lorsqu'il part, elle se doit de rester pure pour lui... Elle enchaîne les petits boulots, jusqu'à ce que Jean à son arrivée lui dise qu'il souhaite s'installer à Sao Paulo. Il la laisse sans beaucoup de regrets. Désemparée notre héroïne va vouloir prendre un nouveau départ. Elle quitte la ville, après avoir trouvé un travail pour un couple ayant les moyens, les Manan. Accompagnée de son nouveau patron Pierre, Evie s'installe chez le couple à Saint Paul de Vence. 

Elle sera au service de Clara, l'épouse, appelée Calypso Montant, son nom d'artiste. Artiste peintre torturée, obsédée par le romantisme des XVIII et XIX èmes siècles, la jeune femme n'aime guère participer à des vernissages, des interviews, mais son mari insistant, il lui faut quelqu'un pour gérer toute la paperasse, les mails, les demandes et autres. Evie arrive alors dans ce très joli village tout petit, loin de ce qu'elle connaît, dans l'intimité de la maison du couple. Elle fait alors la connaissance de Clara, femme très jolie mais sombre, sa personnalité se ressentant dans ses peintures. Elle lui dit rapidement qu'elle souhaite un double, quelqu'un qui la remplace lors desdits évènements mondains, interviews, vernissages. Quelqu'un qui se confronte au monde à sa place, Clara étant plutôt ermite à rester dans sa véranda des heures/jours durant à peindre ardemment. Evie va peu à peu se plier à ces conditions pour le moins particulières. Chaque matin, elle travaille avec Clara à traiter la boite mail et autres, tandis que sa patronne la chaperonne sur le style romantique, la forme, afin de pouvoir prendre sa place. Très bien rémunérée, elle se dit que c'est la chance de sa vie. 

Pierre n'est pas toujours là, étant le responsable de l'entreprise du père de Clara, Bérenger, étant donc très occupé. Cependant, il est assez attentif à Evie et à ce qu'elle se sente bien dans son nouvel environnement. Evie va faire la connaissance de Gael, lors de ses après-midis de libre, le boulanger du village duquel elle va se rapprocher. Elle étudie les tableaux dont Clara lui parle, se rend à la galerie du village, Humanis, consacrée aux œuvres de Calypso. Elle découvre le romantisme ainsi que les œuvres pour le moins sombres de sa patronne avec des scènes de viols, de mort, un style très dark. Le reflet de l'âme torturée de Clara. Les semaines passent, le premier évènement arrive dans une galerie de Saint-Raphaël où Evie se transforme en Clara, avec ses vêtements et même son alliance. Tout est fait pour faire illusion. Elle se débrouille très bien lors des entretiens avec les clients, avec la presse, Pierre est fier et Clara aussi. De cette façon, l'artiste continue de peindre inlassablement, éloignée de cette atmosphère qu'elle trouve anxiogène et mondainement ridicule. Evie se doute que le couple fait de drôles d'affaires, les surprenant un soir étant de sortie, tous les deux semblant se rendre au club. 

Evie est au début déstabilisée avant de prendre en confiance. Le soir même, Clara offre Evie à Pierre. C'est exactement ce qu'elle lui dit. Elle lui offre le droit de coucher avec la jeune femme. Creepy n'est ce pas? La première scène un peu bizarre apparait donc. Tous deux font leur affaire devant Clara qui les regarde... Clara parle très souvent d'Adam, Eve et Lilith, Lilith étant une sorte de démone, tous trois pouvant être les personnifications de ces trois personnages bibliques. L'histoire tourne pas mal autour de ces trois figures. Les semaines passent, Evie commence être très attaché à Pierre, celui-ci restant toujours au sein de la chambre familiale, avant d'avoir des relations avec Evie lors de leurs déplacements tous les deux. Une drôle d'histoire commence alors entre Clara, l'artiste sorte de Lilith démoniaque, Pierre, figure d'Adam, l'homme, soumis à Lilith et Eve, femme pure et innocente incarnée par Evie. Un jour, Evie accompagne le couple sur un bateau avec Lazlo, un jeune homme qui a régulièrement des relations avec Clara, Evie le découvre rapidement. Tous prennent de l'ecstasy, Evie se trouve mal et a une relation avec Pierre. La descente aux enfers commence alors entre cette relation malsaine, la prise régulière de drogue entre l'ecstasy et surtout la cocaïne, qui va l'emmener petit à petit tout droit aux enfers. 

Les apparitions publiques continuent, elle lâche Gael, devenant obsédée par Pierre, lassée de Clara, souhaitant son patron seule pour elle. Son obsession on peut le dire pour Lilith devient telle que Pierre l'emmène voir le tableau directement, "Lilith" de John Collier dans le petite ville de Southport en Angleterre. Là-bas, Evie reste béate devant ce tableau qui la fascine, se retrouvant dedans par rapport à sa relation avec le couple. Le soir même Pierre et Evie font leur affaire, la jeune femme étant au paradis et ne veut pas que ça s'arrête. La redescente, tant au niveau drogue que émotions est très difficile à son retour à Saint Paul de Vence. Clara est furieuse que sa doublure se soit mis dans un si mauvais état, se doutant de ce que son mari et Evie ont fait. Elle reproche à Pierre de l'avoir rendue accro à la drogue en le traitant de camé. Clara étant très régulièrement très dure et horrible avec son mari qu'elle traite souvent comme son inférieur, lui rappelant qu'il lui est soumis. Que c'est elle qui décide. S'il couche avec Evie c'est que Clara lui en a donné la permission. Si c'est avec d'autres femmes, même chose. Clara choisit. 

Evie devient accro à la drogue, Pierre vient de plus en plus régulièrement la rejoindre dans son lit, couchant de plus en plus souvent ensemble sous le même toit que la dominatrice Clara. Evie se dit alors qu'elle a gagné. La relation que tous les trois entretiennent est des plus étranges et leur est propre. Clara étant au début gentille avec sa protégée devient alors acariâtre, méchante avec Evie qui sait qu'elle leur est devenue indispensable. Un drôle de jeu débute alors... Evie se sent en danger quand Pierre doit aller en Suisse pour affaires... 

Une lecture qu'on a du mal à lâcher, de cette relation vraiment particulière, sorte de huis-clos relationnel entre ce couple libertin et Evie fragilisée par sa rupture, ayant l'âme beaucoup plus pure. Une descente aux enfers, des références bibliques très intéressantes, une histoire que j'imaginerai à 200% dans un film. Fascination, obsession, haine, tous ces sentiments se mélangent pour créer ce roman que je vous conseille fortement.



"La doublure" de Mélissa da Costa 10,40€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E