Accéder au contenu principal

Au petit bonheur la chance

Après "Bakhita", j'ai directement enchaîné sur cette très jolie lecture-ci, lue en 24h. Je pense que ce mois-ci je vais dépasser mon record de livres lus, car nous sommes actuellement mi-juillet au moment où j'écris ces lignes, et j'ai commencé mon sixième roman. Et non je ne suis pas encore en vacances.
 J'avais très envie de me plonger dans l'univers de Aurélie Valognes, l'une des auteurs les plus vendus en France au même titre que Musso et Lévy que je n'aime vraiment pas. Il s'agit donc d'une lecture assez populaire mais qu'importe. J'avais beaucoup aimé les deux romans que j'avais lus d'elle, il était donc temps de continuer de découvrir ses écrits! Après "Minute papillon" et "Mémé dans les orties", tous deux lus l'an dernier, ma mère possédait également l'avant-dernier roman de l'auteur "Au petit bonheur la chance". 
Cette fois-ci, l'histoire se passe au XXème siècle, en 1968 exactement. J'ai tout de suite pensé à la révolution de 68, et je ne suis pas tombée loin.
Le personnage principal est un petit garçon, âgé de six ans au début du roman. Il est élevé seul par sa mère Marie, jeune femme dont le père de l'enfant, n'est plus dans leur vie. La jeune femme rêve d'une vie parisienne, mais avant de la vivre, elle laisse son fils à sa mère, Lucette à Granville. Ce qui devait ne durer que quelques jours, ou semaines tout au plus va devenir des années. Lucette vit dans un vieil appartement sans eau courante, ni frigidaire, le petit Jean s'habituant à sa nouvelle vie avec sa grand-mère revêche au premier abord, qui se révèle être une vieille femme au cœur tendre. Jean commence à aller à l'école, la première journée n'étant pas une réussite.
 Il va se faire des amis, établir une routine dans sa vie, tandis qu'il n'a toujours pas de nouvelles de sa mère. Celle-ci ne lui envoie que très rarement des nouvelles, Jean se désespérant de la retrouver. Marie ne réussit pas en effet, à économiser suffisamment afin d'offrir un confort matériel à son fils.
Il va faire la connaissance de Lucien, le facteur et ami de sa grand-mère, Anita sa voisine du dessus, et les commerçants du quartier. Heureusement, Lucette est là pour lui, tout comme sa tante Françoise avec son mari Alfred, et les cousins de Jean, qui représentent un repère familial pour le petit garçon. Des années s'écoulent, Jean grandit, sa mère ne devient plus qu'un souvenir, jusqu'à ce qu'elle décide que son fils viendra habiter avec elle à Paris. La vie de Jean désormais âgé de 11 ans, change radicalement, lui qui s'était adapté à son nouveau mode de vie. Il va habiter à Paris mais de nombreux événements vont survenir.
Aurélie se décrit comme une auteure proche de son lectorat, ses parents n'ayant pas fait d'études, et avec des mots simples, réussit à transparaître de vraies émotions et de vraies leçons de vie.

Avis: Une très jolie lecture qui fait du bien, un livre feel-good comme on pourrait l'appeler, avec une vraie histoire et des situations pas entièrement roses, profondément humaines. Aurélie Valognes réussit toujours à transmettre un message dans son livre, en parlant de personnages desquels on peut se sentir proches. Elle réussit également à nous montrer le combat pour l'émancipation de la femme, de façon ni blanche ni noire, la différence de vie entre campagne et ville dans ces années de naissance de mes parents. L'ambiance de cette époque-là, est d'ailleurs bien décrite et parlante. 


"Au petit bonheur la chance" de Aurélie Valognes, 17,90€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E