Le somnambule

Je vous le présentais dans mes nouveautés lectures,  pour commencer le mois de juillet j'ai donc lu "Le somnambule" de Sebastian Fitzek que m'avait offert une amie. On replonge encore une fois dans l'univers du rêve, après avoir lu et adoré "Rêver" de Thilliez. 
Cette fois-ci on va suivre un jeune architecte, Léo Nader, marié à une photographe, Natalie. Le jeune homme a toujours eu des problèmes de sommeil, en particulier de somnambulisme et de paralysie du sommeil. Un jour, sa femme va faire ses valises, le visage tuméfié devant un Léo effaré. Il ne sait pas pourquoi sa femme est dans cet état, et se demande si pendant une crise de somnambulisme il ne l'aurait pas frappée. Alternant entre état de somnambulisme, et de conscience éveillée, notre héros ne va plus savoir ce qu'il a fait, et qui il est. Il va découvrir un passage secret derrière son armoire, menant sous son immeuble. Il va se perdre dans ce labyrinthe de couloirs et de portes, va découvrir le portable de sa femme, injoignable, ne lui ayant laissé qu'une lettre pour expliquer son départ. Il va retourner plusieurs fois là-bas, filmant même ce qu'il découvre pour être sûr qu'il ne rêve pas. Il va même se filmer lui-même pour voir ce dont il est capable lors de ses crises de somnambulisme. 
Il va appeler son psychiatre le docteur Volwarth qui le suit depuis tout petit à l'époque où ses crises avaient commencé, où il avait failli tuer le fils de sa famille d'adoption. Son docteur va lui jurer qu'il n'a rien fait envers sa femme, qu'il n'est pas violent. Cependant Leo ne le croit pas, trouvant plusieurs indices corroborant son implication sur la désertion de sa femme au domicile du couple. 
Il va découvrir des vidéos atroces de lui sur sa femme lui infligeant des douleurs atroces. Leo est-il coupable ou est-ce plus compliqué que ça?

Avis: Un roman dont l'idée de l'étude des troubles du sommeil est bonne, mais j'ai trouvé que les moments de pleine conscience et ceux où Leo est somnambule se confondent, c'est difficile à suivre. 
Une bonne histoire, qui ne vaut pas "Rêver". 


"Le somnambule" de Sebastian Fitzek, 7.40€

Commentaires

Articles les plus consultés