Tsukushi

Je vous présentais ce tout petit roman dans ma dernière vidéo Youtube, concernant mes nouveautés lecture. Je vous en ai parlé sur Instagram, mais je m'intéresse en ce moment énormément à la culture coréenne, et comme les romans coréens sont difficiles à trouver, je me suis rabattue sur cette autrice dont j'ignorais l'existence lorsque je me suis rendue en librairie pour acheter les livres de la box à gagner sur The French book club. J'ai toujours été très fan de la culture japonaise, depuis plus de dix ans, j'étais donc très curieuse de découvrir Aki Shimazaki. Je me suis un peu renseignée sur l'auteur depuis, ayant écrit beaucoup de livres, avec de très jolies couvertures. Je pense qu'elle va devenir mon nouveau Haruki Murakami ahah. "Tsukushi", est en fait le tome 4 de sa série "Au coeur du Yamato", mais j'ai complètement compris l'histoire, étant toutes indépendantes les unes des autres. 
Je suis allée voir sur le merveilleux site de Place des libraires, recensant toutes les librairies indépendantes proches de chez vous, où vous pouvez commander vos libres et franchement les couvertures proposées par l'auteur sont toutes plus dingues les unes que les autres... Le début de la perdition ahah. 

On suit donc Yûko, mère de la petite Mitsuba, fêtant son anniversaire au début de l'histoire. Elle organise un goûter d'anniversaire avec sa famille proche et quelques amis, dont la mère d'une bonne amie de sa fille, de laquelle elle espère pouvoir se rapprocher. Les deux femmes vont très bien s'entendre et décider de partir une journée à Yokohama. Yoshiko lui confie qu'elle a appris que son mari était bisexuel, révélation qui l'avait au début ébranlée, mais que leur relation n'en a pas pâti. 
Cela rappelle à Yûko son amour de jeunesse, T.Aoki, avec qui elle s'était fiancée, mais à qui elle avait préféré finalement son mari, héritier d'une grande famille de banquiers. Un homme bon et généreux qui l'avait remarquée alors qu'elle était réceptionniste. A cette époque, elle avait le désir de partir habiter à l'étranger pendant une période indéterminée, à Montréal, mais cela ne s'était en fait jamais fait, puisqu'elle a épousé son mari. T.Aoki est parti et elle n'a plus jamais entendu parler de lui. 
Sauf que sa fille est en fait celle de son ancien amour...

Après avoir découvert une simple boîte d'allumettes, notre héroïne va se questionner sur son mari, n'étant peut être pas l'homme si lisse auquel elle pensait. 
Je ne vais pas tellement vous en dire plus, le roman étant déjà très court, mais l'histoire est vraiment très intéressante, un petit bijou, semblable à une madeleine de Proust.

Avis: Un roman assez lent et délicat, fidèle à la littérature japonaise que je connais, qui m'a fait passer un merveilleux moment. Même si l'histoire est assez triste, j'ai adoré l'ambiance et la plume de l'auteur. Je compte bien tout lire d'elle, l'auteur semblant parler de la société japonaise avec ses convenances et ses moeurs. Elle écrit en français, l'ayant appris en autodidacte à partir de 1995, habitant à Montréal. 



"Tsukushi", tome 4 de la série "Au coeur du Yamato" de Aki Shimazaki, 6,70€

Commentaires