Nymphéas noirs

Je vais vous reparler d'un livre de Michel Bussi, auteur français dont j'ai trois de ses livres dont un autre où je vous avais fait un article. J'ai laissé passer plusieurs mois entre " Un avion sans elle" et "Nymphéas noirs", dont je vais vous parler aujourd'hui. Pour être honnête, je n'ai pas trop accroché au début du roman. L'histoire se déroule à Giverny en Normandie, petit village où a vécu Claude Monet, lieu de pèlerinage pour les touristes curieux et amateurs de peinture. Un jour, Jérome Morval, un ophtalmologiste d'une quarantaine d'années est retrouvé mort dans la rivière. La plupart des villageois pensent à un accident. Pourtant, deux policiers se rendent sur les lieux afin de vérifier la thèse de l'accident, qui va bientôt se retrouver écartée pour conclure à un meurtre. Sylvio Bénavides et Laurenç Sérénac sont sur le coup. Ils interrogent les habitants pour tenter de trouver le moindre indice qui viendrait confirmer la thèse du meurtre. Stéphanie Dupain, jeune institutrice du village, va être interrogée par Sérénac, mais celui-ci va s'enticher d'elle. Cependant Stéphanie est mariée à Jacques Dupain, homme qu'elle n'aime pas particulièrement, mais qui est tout de même son mari. Elle va tout de même tomber dans les bras de l'inspecteur. Son mari va être accusé du meurtre de l'ophtalmologiste, puisqu'il y aurait des soupçons selon lesquels Stéphanie trompait son mari avec le défunt, Jacques aurait voulu se venger, et aurait tué Jérome Morval. Ceci est l'hypothèse la plus probable selon les deux coéquipiers. Pourtant, ils ne vont pas réussi à trouver de véritables indices afin d'inculper Jacques Dupain. Ils vont se renseigner également sur la vie de Claude Monet, savoir si le peintre n'aurait pas des tableaux inconnus des spécialistes en art, la thèse du vol d'oeuvre d'art était une autre hypothèse. Cette oeuvre en question s'appelle les "Nymphéas noirs", oeuvre qui existe pourtant bel et bien, et gardée par un habitant du village… Dans le même temps, le lecteur suit les aventures de Fanette, jeune écolière de onze ans, vivant seule avec sa mère, et étant très douée en peinture. Autour d'elle, d'autres enfants que son Camille, Vincent, Mary et Paul, personnes, qui, on va le découvrir à la fin du roman sont en fait des personnages récurrents de l'histoire… Je ne vous en dis pas plus puisque la fin est une vraie surprise, à laquelle je ne me serai jamais attendue. On sait qui est le meurtrier/ère de Jérome Morval, par l'intermédiaire d'un personnage principal mais les policiers eux n'auront jamais bouclé leur enquête. 
La façon dont l'histoire est ficelée, est franchement très réussie, je crois ne jamais avoir lu d'histoire comme celle-ci, mêlant passé et présent, j'ai trouvé ça particulièrement brillant, et surtout complètement insoupçonnable. 

Avis: L'histoire en elle-même est assez intéressante, quoi que pas non plus passionnante, le décor laisse supposer un endroit vraiment magique, Claude Monet y ayant résidé. Pourtant, l'histoire prend tout son sens à la toute fin du roman, où l'on comprend mieux certains aspects de l'histoire, et où surtout, le génie de Michel Bussi est révélé. Habituellement, je devine régulièrement la fin d'un livre, mais là, impossible. Si vous avez lu, ou que vous allez lire ce livre, n'hésitez pas à me dire si vous auriez deviné la fin. J'ai hâte d'entamer le dernier livre que je possède de l'auteur, mais en attendant, je me suis dirigée vers une nouvelle lecture de John Green, plus légère, ce qui fait du bien, après toutes ces histoires de meurtres, fictives dans les livres et dans la réalité...


"Nymphéas noirs" de Michel Bussi, 7,70€

Commentaires

Articles les plus consultés