Accéder au contenu principal

L'analphabète qui savait compter

 Le fameux roman dont je vous parlais dans mon dernier article sur le blog, que je lisais en parallèle de "L'institut' de Stephen King. Un petit roman pas très long, écrit par le fameux Jonas Jonasson connu surtout pour son "Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire", premier et seul autre roman que j'ai lu de l'auteur. D'ailleurs jamais terminé. Car l'idée était là: fraîche et originale mais c'est un peu trop parti dans tous les sens, ce qui m'a fait décrocher de ce roman toujours inachevé jusqu'à présent.         Pour "L'analphabète qui savait compter", le style de l'auteur reste présent, tout aussi original et unique, mais j'ai un peu plus accroché que pour son autre roman. La fantaisie était tout de même bien présente ahah, clairement. 

On suit donc Nombeko, orpheline noire issue d'un quartier défavorisé de Johannesburg, qui au début du roman n'est encore qu'une enfant et s'occupe de vider les latrines du plus grand ghetto de la capitale sud africaine. Elle se retrouve par situations malheureuses enfermée durant plusieurs années au servie d'un homme mauvais, qu'elle va conseiller, se révélant en fait pas vraiment analphabète et plutôt très intelligente pour son jeune âge. Un homme libidineux dégoûtant du nom de Thabo, va lui faire des avances, chose qu'il n'aurait jamais dû faire car notre jeune héroïne courageuse va le poignarder dans la jambe, et lui voler des diamants. 

Avec des jeunes chinoises avec lesquelles elle est enfermées, elles s'organisent dans l'optique de tuer les chiens qui montent la garde et les retient prisonnières. Elle réussit à quitter ce ghetto, et se retrouve par d'autres circonstances, cette fois-ci heureuses, à s'envoler direction la Suède. Durant le roman, on suit également Ingmar et Henrietta, un drôle de couple suédois, dont on ne comprend pas vraiment le rapport avec notre badass sud-africaine. Ingmar est obsédé par le roi de Suède, à qui il voue un culte, et duquel il souhaite être proche. Il balance tout son argent dans des manigances, tentatives de rapprochement d'avec le monarque qui s'avèrent toutes plus infructueuses les unes que les autres. Un jour, enfin, le jour qui aurait dû être béni, Ingmar tombe de haut. Le monarque le méprise et ne souhaite rien avoir à faire avec ce drôle d'homme. Ingmar devient alors anti monarque et rejoint des groupes qui souhaitent la fin de la monarchie. Cependant, il la jouera solo plutôt rapidement, étant bien plus extrémiste que le reste de ses comparses. 

On retrouve ensuite Nombeko qui arrive en Suède, après négociations mensongères avec l'Israël, accompagnée d'une énorme bombe de plusieurs tonnes. Cette bombe qui aurait dû être livrée à Israël, se retrouve en fait de ce pays pacifiste, nullement doté de l'arme nucléaire, qui est le royaume de Suède. Ca part très vite en cacahuètes comme vous pouvez le constater. Au moins on peut dire que j'ai bien rigolé et que l'histoire était originale ahah. Elle rencontre un homme, Holger 2, ayant en effet un jumeau du même nom, enfants des fameux Ingmar et Henrietta qu'on a suivis auparavant. Holger 2 n'a pas d'existence propre, n'ayant jamais été déclaré à la naissance, les parents ayant préféré en cacher un pour établir tout un tas de stratégies antimonarchistes lorsque leurs enfants étaient jeunes. Nombeko fait donc la connaissance de cet homme qui vit sur un chantier de démolition. De plus, qu'elle n'est pas la surprise lorsque Nombeko réalise qu'à l'intérieur du container contenant la bombe, les trois chinoises rencontrées au ghetto sont là! 

Nombeko et Holger 2 se rapprochent, la jeune femme faisant part au suédois, de l'information, qu'elle est arrivée en Suède avec une bombe. Le jeune homme n'a pas l'air si traumatisé que ça, et ils vont vivre des mois et des années avec cette bombe. Le jumeau de Holger 2, Holger 1 donc, et sa petite amie Célestine, communément appelée "la jeune colérique" terme qui m'a fait mourir de rire. Au début du roman, elle est âgée de 17 ans, est partie de chez ses parents qu'elle n'estime pas et à qui elle en veut de participer au système capitaliste. Elle sera souvent à la tête de nouvelles idées, entraînant notre quatuor dans de drôles de situations. 

Le roman se passe sur plus de vingt ans, difficile à imaginer quand on voit à quel point il n'est pas épais. Tout un tas de situations plus loufoques les unes que les autres se produisent en rapport avec cette bombe qui n'a pas d'existence propre sur le territoire suédois, tout comme Nombeko et Holger, jamais déclarés. On va avoir affaire à pleins de situations politiques comprenant la Chine, la Suède avec son actuel monarque, le méprisé par Ingmar étant mort et enterré, ainsi que l'Israël incluant le Mossad et FBI. Bref un gros foutoir. 

Avis: Un roman frais, décalé et original qui part légèrement dans tous les sens, mais comme il ne fait pas 700 pages, ça passe easy. 



"L'analphabète qui savait compter" de Jonas Jonasson, 8.55€

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La soeur disparue

 Quel plaisir de partager avec vous l'avant dernier tome de la saga des "Sept soeurs" de Lucinda Riley! Je dis l'avant dernier car normalement un huitième est prévu concernant l'histoire de Pa Salt, aka Atlas, le père des sœurs. J'espère juste que l'auteur a eu le temps de l'écrire avant de s'éteindre l'année dernière... Chose que j'ai d'ailleurs apprise en commençant le roman, ça m'a vraiment rendue triste.  Si vous n'avez jamais entendu parler de la saga des Sept soeurs de l'auteur irlandaise Lucinda Riley, je vous invite à lire mes articles précédents sur les six précédents romans, car il s'agit d'une saga, ils se suivent donc. Le pitch rapidement, un vieil homme de plus de quatre-vingts-ans a adopté six filles, issues de ses voyages qu'il élève à Genève en Suisse dans une magnifique maison. Les six sœurs sont élevées également par Marina, appelée Ma, leur gouvernante/nounou française qui les considère comme

10 romans qui se déroulent à New-York

J'ai eu l'idée de vous parler de romans que j'ai beaucoup aimés, se déroulant dans ma ville de coeur. J'ai réfléchi, certains titres me sont venus rapidement, j'ai dû fouiller dans ma bibliothèque pour en dénicher d'autres, et taper le mot-clé "New-York" sur mon blog afin de trouver les autres. Elle sert bien cette barre de recherche en haut à droite du blog. N'hésitez pas à vous en servir. Chaque article est libellé et vous pouvez tout retrouver facilement. Du coup, j'en ai fait une vidéo , puis je me suis dit que je pouvais en faire une sorte d'article. Je ne vais pas écrire des tartines, mais j'avais envie de vous présenter un peu à l'écrit ces 10 romans que j'ai beaucoup aimés dont l'histoire se passe dans la Grosse Pomme.  Je les ai réunis par thèmes principaux, en ayant trouvés quatre. J'ai fait quasiment un article pour chaque livre dont je vous parle. A chaque fois je mettrai un lien vers l'article en

L'institut

 Longtemps que je n'avais pas lu de Stephen King, et je suis ravie de pouvoir vous parler dans cet article de "L'institut". J'avais ce livre avec moi depuis avant l'été, et j'avais hâte de le lire. Je l'ai amené avec moi pour la Corée, sachant qu'il me serait bien utile ici durant cette année. Je l'ai lu en un peu plus de trois semaines je dirai, ce qui est relativement honorable, sachant que pour les autres livres lus durant mon séjour ici, j'ai été bien plus lente. Il faut dire que ce roman m'a tout de suite entraînée dedans, j'avais donc très envie à chaque fois d'en savoir plus. Je le lisais principalement chez moi, ayant un autre roman que j'amenais avec moi dans les transports, dont je vous parlerai très bientôt, car au moment où je rédige cet article, je l'ai quasiment terminé. Hourra! Du contenu pour le blog ici, et pour ma chaîne Youtube bientôt.  Dans ce roman au titre plutôt évocateur et direct, on suit Luke E