Geisha

Dans la lignée de Murakami, j'avais envie de continuer mon parcours japonais avec la relecture de "Geisha" de Arthur Golden. Comme vous l'aurez vu, mon mois de mars aura été un mois très japonais au niveau lectures. Tout simplement parce que je partais au Japon début avril. J'y serai quand vous lirez cet article d'ailleurs. Et j'aime beaucoup me mettre dans l'ambiance d'un pays avant de m'y rendre, je trouve que c'est une façon de lui rendre hommage, et de s'imprégner de la culture. 
Du coup. "Geisha" que j'avais lu il y a bien cinq, six ans, se déroule à Kyoto, première ville de notre périple japonais. C'était donc complètement l'occasion de me mettre dans l'ambiance de cette ville qui ne me parlait pas forcément, lorsque je l'ai lu la première fois.

Comme son nom l'indique, on va suivre le parcours d'une geisha, d'abord appelée Chiyo lorsqu'elle a neuf ans, elle est vendue par son père. Sa mère est très malade, elle a une grande soeur et son père est très pauvre. Il la vend à Mr Tanaka que Chiyo prend d'abord pour son sauveur. Il n'en n'est rien puisqu'elle va se retrouver à Kyoto, avec sa soeur. Elles vont être séparées, et Chiyo va devoir se faire à sa nouvelle vie au sein d'une okiya, maison de geishas du quartier de Gion de Kyoto. 
Elle fait la connaissance de Granny, responsable de l'okiya, Mère qui la dirige également, de Tatie, femme de la maison aussi, et surtout de Hatsumomo, geisha réputée qui va la prendre en grippe dès son premier jour. L'enfant est entourée de nouvelles personnes qui ne sont d'aucune sympathie pour elle. La seule alliée pourrait on dire qu'elle a, est Pumpkin, une autre petite fille de son âge. 
Chiyo va découvrir la culture geisha, elle-même étant trop jeune, mais suivant tout types de cours. Du chant, de la danse, l'art de servir le thé...

Elle grandit, et l'heure d'avoir une soeur, cérémonie durant laquelle une apprentie geisha s'unit avec une geisha renommée a sonné. Ce ne sera pas Hatsumomo, mais sa rivale, Mameha. Hatsumomo quant à elle devient la grande soeur de Pumpkin. Mameha va donc apprendre tout ce qu'une apprentie geisha doit savoir de son futur métier. Elle l'amène avec elle lors de sorties, la présente à des hommes influents lors de soirées et de cérémonies du thé. Elle fait la rencontre de Nobu, du Baron, du docteur Crab, des hommes qui auront une importance et un rôle dans sa vie future. 
Elle ne comprend tout d'abord pas pourquoi elle devrait discuter, et surtout séduire ce genre d'hommes, notamment Nobu ayant été brûlé pendant la guerre et perdu un bras.
Elle ne peut s'empêcher de ressentir du dégoût pour ces hommes au regard lubrique. Elle n'a cependant pas le choix et doit obéir à Mameha dont la réputation n'est plus à faire.
Sa grande soeur lui explique qu'elle doit user de son pouvoir de séduction, notamment grâce à ses yeux de couleurs bleu azur pour obtenir plus tard ce qu'elle voudra des hommes, et s'élever au rang des geishas les plus prestigieuses de Gion. Susciter l'envie et l'intérêt notamment lors de son "mizuage" son dépucelage, lors duquel des hommes enchérissent pour avoir l'honneur d'être le premier. Elle doit donc être très avenante avant, pour rapporter à son okiya le plus d'argent possible. Argent qui ne sera même pas à elle directement.

Désormais appelée Sayuri, notre petite Chiyo grandit, sachant qu'elle n'a pas le choix et qu'elle sera geisha. Elle doit être la meilleure dans ses cours, fréquenter ses hommes qui auront de l'importance dans sa vie et l'aideront, et à terme, trouver un "danna". Une sorte de protecteur qui couvrira tous ses frais. Un mac quoi. Cependant elle ne souhaite qu'un homme dans sa vie, le président, homme qui l'avait réconforté lorsqu'elle était enfant. Mameha quant à elle veut que Sayuri se rapproche de Nobu qui pourra être son danna même si elle n'en a aucune envie.
Les années passent et Sayuri s'impose peu à peu...

Avis: Une lecture particulièrement intéressante des années 30-40 au Japon. On en découvre énormément sur l'univers des geishas de l'époque, notamment au sein du fameux quartier de Gion. Le livre se déroule sur plusieurs décennies, ce qui nous permet de voir évoluer Sayuri au fur et à mesure que la société évolue, notamment pendant la guerre. On voit alors la réception de la guerre au sein de ce pays qui a perdu la guerre. La vie de notre héroïne va radicalement changer alors...
Le fait que tout le roman se déroule dans le quartier historique de Gion, reconnu comme étant le quartier des geishas est très intéressant, car on en apprend énormément sur cette condition.
L'histoire m'a beaucoup plus, je vous la recommande vivement.


"Gesiha" de Arthur Golden, 7.50€

Commentaires