Vivre pour se sentir vivant

Je ne vous ai jamais parlé de livres de voyages et d'aventures je crois. Et pour cause, je n'en n'avais jamais vraiment lus. Je suis plutôt romans traditionnels, avec une histoire fictive. J'apprécie ce genre d'univers, mais cela ne veut pas dire que je n'apprécie pas d'autres genres de livres. Pour mon anniversaire, mon amie Mathilde m'a offert "Vivre pour se sentir vivant", de Albert Bosch, aventurier et entrepreneur espagnol. Il a fait 8 fois le Paris-Dakar, et est monté aux sommets des sommets les plus élevés des 7 continents. Cet homme aime donc l'aventure et l'excitation qui en découle.
 Le but de cette lecture était de me montrer les défis que peuvent s'imposer des hommes. Pour m'encourager à me lancer moi aussi ( pas dans la traversée de l'Atlantique mais dans une expérience différente). J'ai beaucoup aimé le geste et j'ai donc commencé ma lecture. Le livre est présenté sous forme de narration, avec à chaque fin de chapitres, des notes, de ce qu'il a pu retenir de ses différentes étapes. Pendant 67 jours, cet homme marié et père de deux enfants, va se mettre en route afin de gagner l'extrême sud du pôle Sud, l'Antarctique. Pendant des mois, il a tout prévu sur le plan financier comme matériel. Il va partir avec un ami, Carlos qui va se retrouver blessé, et va devoir abandonner l'aventure. L'auteur se retrouver donc seul, ce qui le décourage, mais il ne lâche rien. Il se force chaque jour à avancer, quelque soit le nombre de kilomètres qu'il effectue. Les treize jours de repos forcés avec Carlos l'ont vacciné. Il ne va rencontrer personne durant des jours, jusqu'à tomber sur une aventurière anglaise, qui elle aussi effectue la traversée du continent. Cette rencontre l'euphorise. Imaginez: ne pas avoir été en contact avec un être humain pendant des jours. Certes la solitude fait du bien, mais à ce stade là, ne rencontrer ni animal, ni oiseaux, ni rien de vivant, à part les bourrasques de froid et les températures négatives culminant jusqu'à parfois -50°, est compliqué. Les seuls moments de contact sont ceux avec sa femme le soir dans sa tente, grâce à un émetteur radio. Il ne manquerait ces rendez-vous pour rien au monde. Il va rater Noel et le Nouvel-an avec sa famille, mais malgré cette passade difficile, il va poursuivre son objectif jusqu'au bout. 
Une belle leçon de vie où on se rend compte que l'être humain est capable de faire beaucoup. Une volonté de fer suffit.



"Vivre pour se sentir vivant" de Albert Bosch, Marabout, 15,5€

Commentaires

Articles les plus consultés